Solidarité Dogon

Depuis le début des années 2000, Solidarité Dogon initie et développe des projets solidaires au Pays Dogon. Son action s’est essentiellement concentrée sur deux domaines: l’enseignement et l’agriculture.

En matière d’enseignement, le projet principal a été la création d’une Ecole Technique à Bandiagara à la demande des autorités locales qui ne disposaient pas de ce type d’établissement. Depuis 2014, l’école est fréquentée par une population qui varie entre 600 et 700 élèves. Elle gère aussi un internat fréquenté par une centaine d’élèves, filles et garçons.

Chaque année, Solidarité Dogon assure une bonne partie des frais de fonctionnement de cette école, en dehors des salaires du corps enseignant assumés (en principe!) par l’état malien. Au fil des années, Solidarité Dogon a amélioré les conditions de vie de la communauté avec, notamment, l’installation d’un système privé de distribution d’eau (forage à 80 mètres) et d’une infirmerie.

En matière d’agriculture, Solidarité Dogon a installé un micro-crédit à l’usage de la communauté des femmes de Gogoly (un village de la falaise de Bandiagara) et a soutenu directement les efforts d’une autre association, Regards Dogons, dans son travail annuel de restauration de puits écroulés et abandonnés dans de nombreux villages du Cercle de Bandiagara.

Au cours des dernières années, ces activités ont nécéssité un investissement annuel de plus ou moins 20.000 euros. Une somme engrangée chaque année grâce, essentiellement, à de multiples organisations (soupers, courses à pied, pétanque, marches,….), à la fidélité de quelques (rares) sponsors et à des dons individuels. En 2019, le Walking Tour a été le soutien le plus important de Solidarité Dogon, tant en sympathie qu’en apport financier.

La période très difficile que traverse le Mali (perçée des actions terroristes et luttes communautaires) ne nous ont pas facilité la tâche mais, heureusement, les projets n’en ont pas été trop affectés. En raison du climat d’insécurité, on note seulement une fréquentation freinée de l’école ( de nombreux élèves parcourent entre cinq et dix kilométres pour venir aux cours)et, dans les villages, un abandon de la culture de certains champs car trop éloignés.

Cette situation…et le fait d’avoir la chance de bénéficier de soutiens comme celui du Walking Tour, ont d’ailleurs orienté nos initiatives à venir. Deux projets sont sur la table. Et, pour en débattre, nous espérons bien nous rendre au Pays Dogon début 2020. Il s’agit, dans les villages du grand Shanga, au coeur de la falaise de Bandiagara, d’installer une coopérative agricole et un centre de soins.

L’année qui vient de s’écouler a clairement mis en évidence les deux problémes majeurs du moment: la dette alimentaire et la pénurie de médicaments. En urgence, nous avons utilisé une bonne partie de nos fonds pour l’achat de mil et de traitements anti-paludisme. L’étape suivante serait de tabler sur la compétence et l’efficacité d’une coopérative agricole pour améliorer le rendement et diversifier les cultures proches des villages, d’une part; et, d’autre part, d’améliorer le travail empirique du seul infirmier du secteur.

Comme pour l’Ecole Technique de Bandiagara, nous allons budgétiser les frais annuels de ces opérations dans l’espoir de pérénisser notre action.

Et nous pensons pouvoir compter sur une personne de confiance pour gérér ces actions au bénéfice d’une partie de la communauté dogon. Elle en a besoin et nous avons besoin nous aussi de ce type d’investissement pour continuer à nous battre pour des projets qui tiennent la route.

Pour terminer, il nous semble important de préciser qu’il n’y a pas un euro récolté qui ne soit pas investi directement dans les projets, les bénévoles prenant à leur compte tous les frais liés aux voyages sur place ainsi qu’au travail et aux réunions organisées en Belgique.

Médecins du Désert

Chers amies et amis du CHU WALKING TOUR,

Grâce à vous, un ensemble de dons de 16.500 euros a été récolté pour mettre sur pied trois missions aussi différentes l’une de l’autre.

1️⃣La première mission a eu lieu du 14 au 22 septembre 2019 au Burkina Faso pour y opérer des indigents de la cataracte et du strabisme. Outre les consultations et les 32 opérations de strabisme, notre équipe a réalisé une mise à niveau des ophtalmos locaux dans la pratique de ce type d’opération, fort peu connue dans le pays.
Les opérations se sont faites grâce au don par MDD de deux boîtes de chirurgie spécifique pour cette discipline. Nous avons pu ainsi opérer sur deux tables d’opération simultanément.
La passation de connaissances vis-à-vis des jeunes Burkinabès fut un grand succès et va permettre à l’hôpital Schiphra à Ouagadougou d’être autonome pour ce type d’intervention.

2️⃣La seconde mission plus importante s’est déroulée du 30 octobre au 12 novembre 2019 toujours au Burkina Faso à l’hôpital Schiphra. Une équipe forte de 11 missionnaires (4 chirurgiens, un anesthésiste, 4 infirmières, un logisticien et une kiné, représentante des kinés du CHU.
Notre équipe a, durant 10 jours d’opérations, pris en charge 52 fistuleuses avec quelques cas très difficiles. Dans cette discipline pointue, le taux de réussite des opérations fut de plus de 85%, ce qui est une référence exceptionnelle en Afrique.
Les chirurgiens et anesthésistes bénévoles de MDD proviennent du CHU de Liège (3) et d’Arlon (1) et ont travaillé en étroite collaboration avec les équipes médicales de l’hôpital hôte. Nos infirmières ont assuré l’encadrement et le perfectionnement des infirmiers locaux, aussi bien en salle d’opération qu’en post-op. Elles furent aidées par la kiné dans le suivi des malades après leurs opérations.
Le logisticien a assuré la bonne organisation des séjours, logement et repas de l’ensemble de l’équipe.
Durant cette mission à Ouagadougou, une petite équipe s’est rendue à Bobo Dioulasso et a pris les repères nécessaires à la mise sur pied d’une mission « fistules » en novembre 2020.

3️⃣La troisième mission, du 10 au 14 décembre 2019, s’est déroulée au Benin, à Cotonou. Il s’agissait d’évaluer la possibilité de collaborer avec un hôpital de la capitale dans la mise sur pied d’une mission « fistules » en 2020.
Les contacts et l’examen sur place des moyens existants ont permis d’élaborer les conditions de réussite d’une mission en septembre 2020. Il y fut dressé la liste des instruments ou matériel manquants pour mener à bien un ensemble de 50 opérations en collaboration avec le personnel médical de l’hôpital. Ils ont marqué leur intérêt et impatience de pouvoir ainsi donner à 50 femmes indigentes de retrouver une dignité de femme tout en apprenant les gestes indispensables pour une autonomie future dans cette discipline peu pratiquée au Benin.

Vous avez ainsi collaboré à la réussite en 2019 de ces missions mais aidé également à mettre sur pied le programme opératoire de 2020 🥳

Nous vous donnons rendez-vous à la seconde édition du CHU WALKING TOUR en mai 2020 et vous remercions déjà pour l’aide précieuse que vous nous apportez.🌳🚶‍♂️

MERCI,

Daniel BOVY
Président de MEDECINS DU DESERT, asbl
www.medecinsdudesert.com

0
Aveugles guéris
0
Femmes Opérées